Congrès SAES 2020

Le congrès de la SAES 2020 est annulé. Le prochain congrès SAES aura bien lieu à Tours mais en juin 2021.

Voici l’appel à communication qui était prévu.

Atelier S.F.E.V.E. du congrès de Tours

 Scroll down for English version

Argumentaire :

Dans le cadre du prochain congrès de la S.A.E.S. qui se tiendra les 4, 5 et 6 juin 2020 à l’Université de Tours, l’atelier de la Société Française d’Etudes Victoriennes et Edouardiennes (SFEVE) accueillera vos propositions de communications sur le thème retenu, à savoir, RenaissanceS.Le sujet du prochain congrès de la SAES à Tours, RenaissanceS, étant un sujet très vaste, les approches qui pourront être choisies au sein de l’atelier SFEVE peuvent s’inscrire dans la perspective donnée par le texte de cadrage général :

« Le concept de (re)naissance pourrait tout autant s’appliquer à l’ère victorienne ; pour François Crouzet et Michael Postan, la fin des hostilités avec la France permet la reprise du commerce avec le continent et une forte croissance économique. Cette période lointaine nous est cependant familière car elle a en somme préparé les bases du monde tel que nous le connaissons, avec des avancées significatives, voire même révolutionnaires, dans les domaines de l’industrie, des communications (transports, presse), des sciences et techniques, des idées, avec par exemple l’avènement du jeu démocratique à travers des partis modernes organisant la vie politique et institutionnelle, ou encore la naissance de mouvements religieux réformateurs. Elle consacre aussi l’émergence du mouvement ouvrier, de mieux en mieux organisé malgré de multiples obstacles et épreuves, comme Peterloo dont le bicentenaire sera célébré cette année à Manchester. La littérature et les arts se font l’écho de ces transformations, célébrant les avancées de l’époque, ses promesses, ou au contraire dénonçant sa laideur ou son inhumanité. »

En plus de cette orientation culturelle, les responsables de l’atelier souhaitent plus particulièrement réfléchir à la notion de renaissance à travers la question du « renouveau » victorien tel qu’il apparait dans les fictions néo-victoriennes où les personnages renaissent, défiant la mort appelée par la fin du roman (Letissier 2015). Si le néo-Victorianisme se fonde sur un mouvement de retour à l’époque et à la définition même de la période historique comme le suggèrent Ann Heilmann et Mark Llewellyn dans leur ouvrage Neo-Victorianism: The Victorians in the Twenty-First Century, 1999-2009 (2010), s’agit-il vraiment d’une renaissance ?

Les propositions pourront porter sur les questions suivantes :

  • Le XIXème siècle, une Renaissance anglaise ?
  • Le renouveau médiéval, le Gothic Revival et les formes de la Renaissance artistique au XIXème siècle
  • Renaissance, régénération et dégénérescence
  • Architecture et espaces du renouveau
  • Technologies et idéologies du progrès
  • Réformes et renaissances sociales
  • Le Néo-victorianisme en tant que renaissance
  • Steampunk, le renouveau technologique et scientifique au service du passé ?
  • Les études néo-Victoriennes : horizons et limites d’une renaissance.

Merci d’envoyer vos propositions en français ou en anglais (300 mots environ) accompagnées d’une courte notice biographiques aux deux responsables d’atelier pour le 10 novembre : laurence.roussillon-constanty@univ-pau.fret à fabienne.moine@u-pec.fr

English Version

Argument:

The SAES general theme of “RenaissanceS” is an invitation to reflect on the Victorian and Edwardian age as a period of revival and rebirth. As the general CFP indicates:

“The word (re)birth could also apply to the Victorian era; for François Crouzet and Michael Postan, the end of wars with France allowed a renewed trade with the continent and strong economic growth. However, this distant period is familiar to us because it has in short paved the way to the world as we know it. It is an era of significant, even revolutionary advances in the fields of industry, communications (transport, press), science and technology, and ideas.  Emerging democracy in which modern parties organized political and institutional life, or burgeoning religious reform movements date to this period. It also established an emerging workers’ movement, more and more organized despite multiple obstacles and challenges, such as the Peterloo Massacre, the bicentenary of which will be commemorated in Manchester in 2019. Literature and the arts find an echo in these changes, celebrating the advances of the era, its promises, or on the contrary denouncing its ugliness or inhumanity.” 

In exploring this notion, we encourage speakers to propose papers examining RenaissanceS in terms of culture and history as much as in terms of artistic and literary renewal. One might also think of “renewal” in relation to neo-Victorian fiction in which characters and authors from the nineteenth century are reborn and where, as Georges Letissier puts it: “the neo Victorian character denies the death verdict of the closed book, or any compulsory order of textual residence, through a process of migration that is an extension of fictitious life” (2015 § 15). In keeping with recent studies on Neo-Victorianism such as Ann Heilmann and Mark Llewellyn’s Neo-Victorianism: The Victorians in the Twenty-First Century, 1999-2009 (2010) that tend to analyse the trend as a form of return, one may question the meaning and extent of the renaissance.

Paper proposals may address (but are not limited to) the following aspects:

  • The nineteenth century as an English Renaissance
  • The Medieval revival, the Gothic Revival and the modalities of artistic renewals in the 19th
  • Renaissance, regeneration and degeneration
  • Renewed Spaces and Places
  • Victorian ideologies of progress
  • Reforms and social renewals
  • New technologies, new sciences, steampunk
  • Neo-Victorianism as a form of rebirth
  • New horizons for neo-Victorian studies; limitations of neo-Victorian studies.

300-word proposals along with a short biographical note should be sent by 10 November to laurence.roussillon-constanty@univ-pau.frand to fabienne.moine@u-pec.fr