Annonces colloques et JE

150 ans du livre Descent of Man de Darwin, colloque dédié à Jean Gayon

Colloque organisé par l’EPHE (PSL), l’IHPST (CNRS, Paris-1 Panthéon Sorbonne), et l’ANR-DFG, sous la direction de Michel Veuille, directeur d’études à l’EPHE, Philippe Huneman, directeur de recherche au CNRS, Victor Petit, enseignant-chercheur à l’Université technologique de Troyes, et Elisabeth Gayon, retraitée, avec le soutien de l’IEA de Paris.

Colloque uniquement en présentiel. Inscriptions ici.

Présentation

Il y a cent-cinquante ans, Darwin écrivait son livre célèbre La Descendance de l’homme et la sélection en rapport avec le sexe (1871), et sa suite L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872). Il y montrait que l’homme, s’il ne “descend” pas du singe, partage avec les autres primates un ancêtre commun. Il examinait toutes les conséquences de cette thèse pour l’éthique, l’origine de la coopération, le rôle des choix sexuels. Des philosophes, historiens et biologistes mettront en lumière l’originalité passée et actuelle de cet ouvrage, qui reste une référence en sciences humaines et en biologie évolutive.

Programme

Mardi 5 juillet 2022

09:00      
Gregory Radick
“As man advances in civilisation…”:Darwin on the expanding circle of moral regard, from his day to ours

09:50      
Eric Charmetant
Virtues according to the Descent of Man. What relevance 150 years later?

10:40
Pause

11:00    
Hayley Clatterbuck
Reason and Morality in The Descent of Man

11:50    
A moment dedicated to Jean Gayon’s work

14:00    
Michael Ruse
Darwin, the Descent, and homosexuality

14:50    
Elliott Sober
Darwin’s sex ratio argument in the 1st edition of Descent of Man and Its mysterious retraction in the 2nd

15:40
Pause

16:00    
Andre Ariew
Darwin and statistical methodology

16:50    
Steven H. Orzack
Darwin and Düsing: The found and lost history of the theory of sex ratio evolution

Mercredi 6 juillet 2022

09:00      
Michel Veuille
Heredity, sex and prejudice: Darwin and the “great law of nature”

09:50      
Laurent Loison
Darwin’s pangenesis. Why was it a blind spot in Jean Gayon’s work?

10:40    
Pause

11:00   
Hugh Desmond
Sexual Selection, Aesthetics, and Darwinism

11:50    
Thierry Hoquet
Was there an Eclipse of sexual selection?

14:00   
Jorge Martinez Contreras
Anthropoids and the origin of Humans in Darwin

14:50  
Claudine Cohen
Darwin, the Descent, and the origin of gender

15:40
Pause

16:00    
M.J.S. Hodge
Sexual selection: integrating conceptual analysis and socio-economic contextualisation

16:50    
Philippe Huneman et Agathe du Crest
Descendents of the Descent of Man: assessing old and new trends in Darwinian social science

17:40
Barbara Stiegler
Neoliberalism versus Democracy? On a unknown debate about the legacy of Darwin

 
_____________________________________________________________________________________________
 
 

Colloque A.V. Dicey (1835-1922)
Célébrer le centenaire de la mort d’un juriste, constitutionnaliste et penseur politique britannique

Celebrating the centenary of the death of a British jurist,
constitutionalist and political thinker

2 et 3 juin 2022

Univeristé Panthéron-Assas, Paris

Programme

  ——————————————————————————————————————————-

« CONSTRUCTION DES IDEOLOGIES »

SEMINAIRE DE RECHERCHE interaxe, (IDEA, Université de Lorraine)

Vendredi 8 avril 2022, salle A 311 (CLSH) et à distance

13h30 – 15h30

Lien de connexion :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_YjI5MTcxYmQtMmMxNi00NWM1LTlmNzMtYTJkNWJmZWJiMzI0%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%22158716cf-46b9-48ca-8c49-c7bb67e575f3%22%2c%22Oid%22%3a%22102a2d5e-93b0-43f5-a489-017ff0128f3e%22%7d

 

Introduction : Stéphane Guy (Université de Lorraine, IDEA)

 

Alexandra Sippel (Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS).

Les personnages historiques des romans de John Minter Morgan (1782-1854)

au service d’une idéologie coopérative

 

Le début du XIXe siècle est marqué par l’émergence de l’économie libérale classique. Les ouvriers, encore sensibles aux messages des radicaux jacobins, se sentent victimes de ce système qui exalte la concurrence et entretient leur pauvreté au nom de la loi d’airain des salaires. Les premiers socialistes, souvent disciples du philanthrope Robert Owen, s’emploient à tenter de démontrer les incohérences et les injustices du système économique qui s’impose graduellement, et parmi eux, John Minter Morgan, ami personnel d’Owen quoiqu’Anglican pratiquant, s’attache à écrire des projets d’organisation de la société et des romans destinés aux ouvriers alphabétisés afin de leur donner les armes intellectuelles qui leur permettraient de se défendre. Dans deux romans didactiques, Morgan promeut son idéologie au travers de personnages historiques ou de leurs avatars, personnalités connues des cercles radicaux, et qui lui permettent de rendre la pensée coopérative accessible et incarnée. Dans The Revolt of the Bees, Morgan fait intervenir des avatars de l’économiste classique John Ramsay McCulloch et du réformateur Robert Owen (dans la première partie), puis de Saadi, grand sage d’Orient, dans la seconde partie. Dans Hampden, évidemment, le réformateur du XVIIe siècle tient un rôle important, tout comme des penseurs contemporains de Morgan (Th. Malthus, l’évêque de Londres W. Howley), ou encore des figures archétypales comme Vela, un « indien » d’Amérique du Sud qui rappelle l’influence du mythe du « bon sauvage ». Je m’attacherai à montrer comment ces personnages sont mis en scène au service de la construction de l’idéologique coopérativiste (socialiste/owéniste) de John Minter Morgan.

 

Françoise Baillet (Université de Caen – Normandie, ERIBIA)

‘Vox Populi, a Bully that Must be Put Down’: Images de la Reform League par Matt Morgan pour The Tomahawk (1867 – 1870)

Publié chaque semaine entre 1867 et 1870, The Tomahawk a accompagné les débats parlementaires sur l’élargissement du suffrage en Grande-Bretagne. Fondé par Arthur William à Beckett et dirigé conjointement avec Matthew ‘ Matt’ Somerville Morgan, scénographe et dessinateur de presse, le Saturday Journal of Satire a connu un succès notable, atteignant au cours de la première année de son existence un tirage hebdomadaire de 50,000 exemplaires. A l’heure où la citoyenneté britannique se voit redéfinie en termes d’appartenance culturelle, générant un discours d’exclusion à l’encontre de certains groupes sociaux, les images publiées dans The Tomahawk apportent une contribution active au débat, traçant littéralement les contours du corps politique et attirant visuellement l’attention des contemporains sur le risque d’une ‘ tyrannie de la majorité.’

Dans le sillage des travaux de Laurel Brake, Aled Jones et Lionel Madden qui, dès 1990, réfutent l’idée d’une image-miroir, cette communication s’attachera à analyser l’image de Matt Morgan pour The Tomahawk en tant qu’espace de production et de mise en scène de l’altérité politique et sociale. Avec Peter Sinnema qui, dans Dynamics of the Pictured Page (1998), souligne la nécessité d’une reconnaissance de la presse illustrée ‘non plus en tant que trace, mais en tant que discours’, elle s’interrogera sur les positionnements idéologiques véhiculés par une sélection de représentations de la Reform League et de son président, Edmond Beales, et sur l’impact de ceux-ci dans la redéfinition du concept de citoyenneté britannique avant, pendant, et après l’adoption du Reform Act de 1867.

 

 

Françoise Baillet est professeure de civilisation britannique à l’Université de Caen Normandie. Sa recherche porte sur la presse périodique victorienne et la façon dont celle-ci a contribué à façonner les identités sociales, nationales et genrées au cours du dix-neuvième siècle. Elle est l’auteure de plusieurs articles portant sur l’histoire culturelle britannique et notamment celle des représentations de la vie ouvrière dans des périodiques illustrés tels que The Illustrated London News et The Graphic. Son ouvrage intitulé Visions et divisions. Discours culturels de Punch et ordre social victorien (1850-1880) – PUR, 2022 – s’intéresse au magazine Punch en tant que construction discursive et idéologique, vecteur d’un (re)configuration de la scène sociale victorienne. Ses projets actuels incluent des travaux sur la presse syndicale britannique et sur les conditions de travail des ouvriers de la presse.

 

Alexandra Sippel est maîtresse de conférences à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Après une thèse consacrée à la question du travail dans l’utopie britannique du long XVIIIe siècle, elle a travaillé sur d’autres aspects de l’utopie pour tourner à présent ses recherches sur les échanges entre socialistes et économistes politiques au début du XIXe siècle. Ses derniers travaux portent en particulier sur les écrits pédagogiques de Jane Marcet qui visait à diffuser la pensée économique classique au travers de formes littéraires accessibles à un public peu éduqué. Elle s’intéresse également aux travaux du club d’économie politique qui rassemblait Malthus, Mill, Ricardo et bien d’autres, et qui fut actif tout au long du XIXe siècle, et envisage d’examiner ses liens avec les travaux parlementaires de l’époque dans la mesure où de nombreux membres du Club étaient également députés ou même membres des gouvernements.

 

 

  •  

_____________________________________________________________________________________________

 

Intervention d’Adrian Wisnicki à Pau (et en distanciel) :

Invité/GuestSpeaker: Dr. Adrian Wisnicki (University of Nebraska-Lincoln)

“Critical recovery and critical making for One More Voice”

Modératrice/Chair: Simona TOBIA (Laboratoire ALTER, UPPA)

Dans le cadre du séminaire Voix/Vocalités que à l’UPPA, le prochain séminaire sera consacré à la présentation du projet d’humanités numériques intitulé, one more voice ( https://onemorevoice.org/index.html ) par son fondateur, Adrian Wisnicki (Université du Nebraska).

La rencontre aura lieu en salle 319 et sur Teams, équipe « Voices in History » et elle sera animée par Simona Tobia de 16h à 17h30.

Vous êtes cordialement invité.e. s à y participer à distance ou en présentiel :

Teams, code équipe: j1hci0f

(link: https://teams.microsoft.com/l/team/19%3ade95f4ada37c45e1971efd03bbc14e07%40thread.tacv2/conversations?groupId=5a035759-2b33-4e5e-8c7c8338f0178f6c&tenantId=0af87170-c841-446d-ae88-90b8aefe4f81).

Le poster du séminaire. Word-Poster Seminar 4-vocalitésvdef

 
 
Présentation Zoom de David Scourfield “E.M. Forster’s ‘Other Kingdom'”
22 mars 2022, 13h-14h
“Lunch Seminars” du laboratoire CAS (Toulouse)

Vous êtes cordialement invités à assister à la présentation que fera David Scourfield  dans le cadre des “Lunch Seminars” du laboratoire CAS (Toulouse) mardi prochain et dont le titre est “E.M. Forster’s ‘Other Kingdom'”.

David Scourfield est professeur émérite de l’University de Maynooth. Il est spécialiste de l’Antiquité et de la réception de l’Antiquité et de la culture classique à la période édouardienne. Il travaille en ce moment à une monographie sur “E. M. Forster and Classics” et prépare une nouvelle édition du deuxième roman de Forster _The Longest Journey_ pour Cambridge University Press. La nouvelle sur laquelle s’appuiera sa présentation est jointe à ce mail.

Vous trouverez plus bas le lien Zoom pour nous rejoindre le 22 mars 2022 de 13h à 14h.

Sujet : Zoom meeting invitation -Lunch Seminar March 22nd 2022
Heure : 22 mars 2022 01:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://univ-tlse2.zoom.us/j/98651707323?pwd=V0pvY3ZQQlFYY1ppRXJ2Nm9CMmJiZz09

ID de réunion : 986 5170 7323
Code secret : 768924

Participer à l’aide d’un protocole SIP
98651707323@zoomcrc.com

Participer à l’aide d’un protocole H.323
162.255.37.11 (États-Unis (Ouest))
162.255.36.11 (États-Unis (Est))
221.122.88.195 (Chine)
115.114.131.7 (Mumbai – Inde)
115.114.115.7 (Hyderabad – Inde)
213.19.144.110 (Amsterdam Pays-Bas)
213.244.140.110 (Allemagne)
103.122.166.55 (Australie Sydney)
103.122.167.55 (Australie Melbourne)
209.9.211.110 (RAS de Hong Kong)
149.137.40.110 (Singapour)
64.211.144.160 (Brésil)
69.174.57.160 (Canada Toronto)
65.39.152.160 (Canada Vancouver)
207.226.132.110 (Japon Tokyo)
149.137.24.110 (Japon Osaka)
Code secret : 768924
ID de réunion : 986 5170 7323

Participer via Skype Entreprise
https://univ-tlse2.zoom.us/skype/98651707323
 
 
Invitation au séminaire PAGE :

« Corps Maternels »

Mercredi 15 décembre 2021 de 14h à 16h
séance co-modale à la FLCE et sur ZOOM
sur inscription
 

La prochaine séance du séminaire PAGE (Pratiques, discours et représentations de la norme : une Approche GenréE) se tiendra le mercredi 15 décembre novembre 14h en visioconférence et s’articulera autour du sujet : “Corps Maternels”.

  • Mercredi 15 décembre 2021 –  Corps maternels
    (séance co-modale à la FLCE, salle 625, et sur Zoom)
    modération : A Jebali
    • Aude Petit-Marquis : Corps de la mère et écriture féminine : l’élaboration d’une langue maternelle dans “Lizzie Leigh” d’Elizabeth Gaskell
    • Enrica Bracchi : Corps et (nouvelles) procréations.

Colloque | “Networking May Sinclair / Les réseaux littéraires de May Sinclair ”

networking may sinclair leslie de bont crini colloque université nantes

This international conference explores the diversity of connections, inspirations and influences in the work of modernist writer, May Sinclair (1863-1946). It will be held online on 24-25 June 2021.

Many reviewers and critics have shown that May Sinclair’s modernism was not so much a derivation of other contemporary aesthetics but was rather a product of her idiosyncratic articulation of her many research interests and experiences. In addition, “the interdisciplinarity of Sinclair’s output […] eludes straightforward categorisation and this has arguably contributed to the traditional critical neglect of her writing” (Bowler & Drewery 2016, 1). As May Sinclair is now gaining critical legitimacy, this conference seeks to explore Sinclair’s texts and contexts and aims to shed light on her place in literary history and on her contribution to “the radical modernist challenge to traditional assumptions about what it means to be human” (Bowler & Drewery 2016, 14).

Program :

Thursday 24 June

10:15 : Welcome Address (“Paris time – UTC/GMT +2 hours”)

10:30-12:00: May Sinclair between the Victorians and the Modernists
Chair: Florence Marie
Georges Letissier (Université de Nantes) – “The Innocence of the Eye”: May Sinclair’s Reversed Case Study of the Brontës
Maria Juko (University of Hamburg) – Jessie Boucherett’s Smilesian Gentlewomen in May Sinclair’s Three Sisters
Isabelle Brasme (Université de Nîmes) – May Sinclair, Modernist Critic

14:00-15:00 Memory and Aftermath
Chair: Isabelle Brasme
Andrew Frayn (Edinburgh Napier University) – “Odd how the War changes us”: May Sinclair, domesticity and war
Jana Funke (University of Exeter ) – “Nothing is lost”: May Sinclair, Inherited Memory and Impersonality.

15:15-16:15 Mysticism
Chair: Claire Drewery
Christine Battersby (University of Warwick) – With Schopenhauer at the Belgian Front: May Sinclair’s War Journal and Related Texts
James H. Thrall (Knox College) – Agency and the Modern Mysticism of May Sinclair


Friday 25 June
 

10:00- 11:00 Woman in/of letters
Chair: Rebecca Bowler
Suzana Zink (Université de Neuchâtel) – “Miss Sinclair’s Sparkles”: May Sinclair in Contemporary Newspapers
Sanna Schyllert (University College London) – “‘Don’t have anything to do with them,’ she said”: May Sinclair as a fictional character

11:15-12:45 Aesthetic Networks
Chair: Sanna Schyllert
Emma Liggins (Manchester Metropolitan University) – Women writing the uncanny in the 1920s: May Sinclair, Clemence Dane and Elizabeth Bowen
Shalini Sengupta (University of Sussex) – Broken Gifts: May Sinclair, Modernism, and the Motif of Exchange
Khalid Chaouch (Sultan Moulay Slimane University) – May Sinclair and her Illustrators/Co-Authors

14:00-15:00 Treading New Ground
Chair: Georges Letissier
Milena Schwab-Graham (University of Leeds) – “Sharp, queer, uncertain happiness”: Walking as feminist “affective militancy” in May Sinclair’s Mary Olivier
Faye Pickrem (York University) – The Anatomy of Agency in May Sinclair

15:15-16:45 KEYNOTE LECTURE
Rebecca Bowler and Claire Drewery 
– Transtextual Mysticisms: Editing May Sinclair
Chair: Leslie de Bont

 

Middlemarch 150th Anniversary Symposium* this Friday.

The event is on zoom, but we have a terrific line-up of speakers and activities to wave away the fatigue and liven up a difficult year.

Short presentations by:

Sierra Eckert (Princeton University)

     “Middlemarch 1960-2020: Scholarly Quotation as Literary Critical History”

Laura Griffith (University of Washington)

     “‘No Coherent Social Faith and Order’: Sainthood and Secularisation in Middlemarch and The Daisy Chain

Alex McCauley (University of Washington)

     “Dorothea Dreams of Drains”

Matt Poland (University of Washington)

     “Multimedia Middlemarch

keynote by Ronjaunee Chatterjee (Concordia University) on “Middlemarch: A Grown-up Novel”

and

Eliot on Demand: Readings and reflections by…

Fionnuala Dillane (University College Dublin)

Nancy Henry (University of Tennessee Knoxville)

Summer Star (San Francisco State University)

Please click here to register, learn more, and annotate your favorite passage(s) of Middlemarch for what we hope will be a likely discussion.  

*hosted by the U of Washington Eighteenth & Nineteenth Century Research Cluster


The latest in a series of online events examining the Victorians at home and abroad, co-organised by the Birkbeck Centre for Nineteenth-Century Studies and the Durham Centre for Nineteenth-Century Studies.

Professor Josephine McDonagh (Chicago) will give a paper based on her forthcoming book Literature in a Time of Migration (Oxford University Press, 2021).

Professor Charlotte S. Sussman (Duke) will act as respondent.

The event will take place online, via Zoom, and attendees will receive a discount code for Professor McDonagh’s new book.

Book tickets here: 

https://www.eventbrite.co.uk/e/thinking-about-literature-in-a-time-of-migration-tickets-152686372049


The Armstrong Browning Library & Museum proudly presents the virtual 2021 Browning Day Lecture

The presentation is aimed at a wider public in addition to a scholarly audience, and so could also be appropriate for students interested in Victorian poetry and religious culture.  Titled “Lords of the Earth? Elizabeth Barrett Browning on Christ’s Body in the Age of Human Domination,” it will ask how in her poetry Elizabeth Barrett Browning struggled to come to terms with the world-altering impact of the Industrial Revolution, and how she envisioned a place for what she understood to be the body of Christ – those participating in the work of God on earth and in the world emerging. 

The Zoom credentials will be posted to baylor.edu/library/browningday one day before the event. If you would like to receive a reminder email the day before the lecture that contains the Zoom credentials, select the “Request Zoom Credentials” option on the event site at baylor.edu/library/browningday

——————————————————————————————————————————-
 
 
Invitation Zoom – Séances de séminaire de l’axe Histoire du politique S2

Le lien est actif pour les séances suivantes, 17h30-19h (Zoom)

22 mars : Catherine Marshall (Cergy University) – De la déférence en politique (Royaume-Uni, 18-20e). Il s’agira de la présentation de son ouvrage Political Deference in a Democratic Age: British Politics and the Constitution from the Eighteenth Century to Brexit (Palgrave 2021). Discutant : Jeremy Jennings (King’s College)

29 mars : Allan Potofsky (Université de Paris) – « Paris, c’est le monde ». Discutant : Colin Jones (Queen Mary, London/ IEA, Paris)

21 juin : Robert Poole (University of Central Lancashire) – (Re)Writing Peterloo. Discutant : Rémy Duthille (Université de Bordeaux)


Participer à la réunion Zoom
https://u-paris.zoom.us/j/85629094527?pwd=bFBRUTcvZzNmVE9NT3RyUG9tVVhJQT09

ID de réunion : 856 2909 4527
Code secret : 853656
Une seule touche sur l’appareil mobile
+33170950350,,85629094527#,,,,*853656# France
+33186995831,,85629094527#,,,,*853656# France
 
 
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter
Stéphanie Prévost
——————————————————————————————————————————-
 
 

‘nineteenth-century Women’s Ghost stories’

North West Long Nineteenth-Century Seminar

Wednesday march 24th 2021, 4 – 6.30 pm GMT

The third of our online research seminars hosted by Manchester Metropolitan University. To find out more about the seminar series or to offer a paper, please contact Dr Emma Liggins e.liggins@mmu.ac.uk and Dr Sonja Lawrenson s.lawrenson@mmu.ac.uk.

Please click on the following Zoom link to join the seminar. Feel free to write questions or responses in the chat box.

https://mmu-ac-uk.zoom.us/j/99346229473?pwd=djZBellKd2p1R0dzRFRBSm00TjNmQT09

Meeting ID: 993 4622 9473
Passcode: 360887


4.00 – 5.15

Dr Ruth Heholt (Falmouth University), ‘Detecting the Ghost: Real Apparitions and Real Crimes in the Work of Catherine Crowe’

Dr Jen Baker (University of Warwick), ‘Minor Embodiments: Spectral and Ghostly Children of the long nineteenth century’

5.15 – 5.30 Break

5.30 – 6.30

Dr Zsuzsa Török, (Institute for Literary Studies, Budapest), ‘Mrs Vachott’s Haunting Memories: Walter Scott and the Female Gothic in Nineteenth-Century Hungary’

Katerina García-Walsh (University of St Andrews), ‘Margaret Oliphant’s Ghostly Afflictions’

 

“Networks in the British and Irish Periodical Press in the Long 19th c.”, on March 26, 2021, 10-5pm, online.

Registration is free and opens on Feb. 15.
https://networks-press.sciencesconf.org/
 

“Nineteenth-century social history,” David Cannadine remarks in History in Our Time, “should be primarily concerned with the recovery and the nuances and subtleties and ambiguities of […] associational life – an associational life much more rich and varied than that which took place in the very different societies which Britain was in the eighteenth and the twentieth centuries”.

In an age when expanding railways transformed landscapes, giving rise to fresh perceptions of time and space and allowing the products of industry, whether goods or services, to reach consumers almost instantly, human activity changed beyond recognition. As the industrial society became more complex and mobile, professional networks developed, creating wide circulatory systems throughout the four nations of the United Kingdom.

An emblematic feature and efficient agent of this new outreach was certainly the periodical press which, in Britain as well as Ireland, met with a spectacular growth over the century. According to John North, the general editor of The Waterloo Directory of English, Irish and Scottish Newspapers and Periodicals, 1800-1900, over 3,900 Irish titles, 7,300 Scottish titles and over 100,000 English titles were produced during this period and eagerly consumed by a more and more literate public. Predicated upon topicality and periodicity, newspapers and magazines developed ways of addressing their specific readerships, gathering them into what Benedict Anderson has called “imagined communities” through which they perceived but also actively constructed their environment.

While much has been written on the daily press as a privileged space in which social and political formations could construct and convey their discourses, the concept of networking as part of the structure of journalism has received less scholarly attention. “[A] ghostly dynamic of interlocking structures, referenced but otherwise invisible,” to quote Laurel Brake, nineteenth-century journalistic collaborations largely determined the processes of creation, production, distribution and even reception of printed matter.

The object of this symposium will be to examine the nature, extent and workings of the networks within the British and Irish press in the long nineteenth-century. From the alliances and rivalries of exclusive publishing communities to the complex web of working relationships between artists, publishers, editors, authors, wood-engravers and printers, British and Irish newspapers were undoubtedly the result of a series of overlapping collaborations which often extended beyond national borders. A “tapestry of self-identifications” was woven through multiple connections including family dynasties (like the Vizetellys in London), corporate identities, cultures of dissent (like “Bohemia”), titles or brands (like the Punch series and by-products), but also, as Patrick Leary has documented, through “the pervasive medium of oral culture in which those networks formed and operated: the culture of conversation in clubs, taverns, coffee-houses, offices, theatres, galleries, dinner parties and, most particularly, the workplace”.

Our keynote will be Professor David Finkelstein (University of Plymouth), a renowned specialist of nineteenth-century cultural history, print culture and media history whose edited Edinburgh History of the British and Irish Press, volume 2: Expansion and Evolution, 1800-1900 has recently been published by EUP (2020).


Organizers :

 
 
 

Dans le cadre de l’exposition « British Stories » qui aura lieu au musée des Beaux-Arts de Bordeaux de mai à septembre 2020 (Commissaires d’exposition : Guillaume Faroult, Sophie Barthélémy, Sandra Buratti-Hasan), les unités de recherche en études anglophones de l’Université de Toulouse (CAS) et de l’Université Bordeaux Montaigne (Climas) organisent une journée d’étude le 2  juillet 2020 sur le thème de « L’art du portrait dans la peinture anglaise (1750-1900) ». Cette journée d’étude sera précédée de la visite commentée de l’exposition le 1er juillet et elle sera suivie d’un atelier de recherche le 3 juillet permettant à des doctorants et jeunes docteurs de présenter leurs travaux sur l’art anglais (Centre François-Georges Pariset ; Université de Bordeaux Montaigne).

Conférences plénières

Guillaume Faroult, Conservateur en chef en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines du Musée du Louvre, et co-commissaire des deux expositions de Bordeaux « British Stories ».

Sandra Buratti-Hasan, Responsable des collections XIX-XXe siècles du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux et co-commissaire des deux expositions de Bordeaux « British Stories ».

Marcia Pointon, professeur émérite de l’Université de Manchester et auteur, entre autres, de Hanging the Head: Portraiture and Social Formation in Eighteenth-Century England, Yale University Press, 1993.

Si, en termes génériques, la contribution décisive de la Grande-Bretagne à la peinture européenne du XVIIIème siècle est vraisemblablement l’invention de la conversation piece, c’est plus généralement le portrait qui constitue le genre pictural le plus caractéristique de ce pays à l’époque. Le genre du face-painting, comme on le dénommait alors, depuis le portrait d’apparat jusqu’au portrait de famille ou de groupe, en passant par la fancy picture, est associé aux noms de peintres célèbres : Reynolds, Gainsborough et Hogarth, sans compter quantité d’artistes moins connus comme Romney, Ramsay ou Lawrence. Un certain nombre d’études, en particulier l’ouvrage majeur de Marcia Pointon (Hanging the Head: Portraiture and Social Formation in Eighteenth-Century England, 1993), ont exploré les riches interactions entre production et consommation culturelle du portrait, d’une part, et les dynamiques sociales et les questions d’identité nationale propres à la Grande-Bretagne du XVIIIème siècle, d’autre part. L’immense popularité dont jouissait le portrait auprès du public britannique remettait en question la suprématie de la peinture d’histoire, d’où les tentatives du théoricien Jonathan Richardson de donner au genre légitimation et lettres de noblesse (An Essay on the Theory of Painting, 1715).

Au siècle suivant, le succès du portrait est couronné en 1856 par l’ouverture de la National Portrait Gallery, premier musée au monde consacré à ce genre. Le mécénat royal joue alors un rôle non négligeable, car les nombreux portraitistes de la reine contribuent à consolider l’institution monarchique, les valeurs bourgeoises incarnées par Victoria et une certaine version de l’anglicité, massivement diffusée dans l’Empire par le biais de gravures. Toutefois, avec la démocratisation du portrait, et sous l’influence des peintres Pré-Raphaélites et du Mouvement Esthétique, le genre se transforme. Se distinguant du portrait photographique, le portrait peint vise moins la ressemblance au modèle qu’il ne privilégie le travail sur la couleur, le rythme, les formes et la composition, au point qu’à la fin du siècle, le trait, le contour et la ligne, éléments fondateurs de l’art de « portraire », ainsi que le rappelle Edouard Pommier dans Théories du portrait (1998), deviennent secondaires.

Ce colloque sera l’occasion de s’interroger sur les théories, les enjeux et les formes du portrait anglais. On pourra aborder le portrait en série, l’autoportrait, les portraits physiognomoniques ou allégoriques ou encore les portraits post-mortem. On tentera de dégager les apories de la représentation d’un visage, entre commémoration et propagande, célébration et caricature. On questionnera l’efficace du portrait en termes de discours et d’affects. Les études portant sur la critique d’art ou sur la circulation des portraits (entre commanditaires, artistes et collectionneurs) seront les bienvenues, de même que les communications examinant la spécificité du portrait anglais et  sa contribution à l’émergence d’une identité nationale.

Langues du colloque : français et anglais.

Programme du colloque

___________________________________________________________________________________________________
 
 
Lieu : Université de Caen / MRSH, salle sh 027
Début : 11/10/2019 – 09:00
Fin : 11/10/2019 – 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Armelle Parey et Charlotte Wadoux

Conférencière invitée: Patricia Duncker (romancière et universitaire)

Programme : pgEribia.JE.neo-vict.11.10.19

Dans un essai où elle réfléchit à l’écriture des romans néo-victoriens, Patricia Duncker dresse une liste d’auteurs qu’elle définit comme « ripe for imitation, adaptation or reinvention » tels Wilkie Collins, les sœurs Brontë, Henry James, Oscar Wilde ou encore Charles Dickens (Duncker 257). Cette liste vient non seulement mettre l’accent sur le lien intrinsèque qui relie l’art de l’adaptation, le pastiche et/ou la parodie au projet néo-victorien mais elle pointe également la présence des auteurs Victoriens au sein même de la fiction néo-victorienne. C’est d’ailleurs le cas de son dernier roman Sophie and the Sybil (2015) dans lequel George Eliot fait partie des personnages principaux.

Selon Kate Mitchell : “[n]eo-Victorian fiction prompts authors, readers and critics to confront the problem of historical recollection […] what is involved in this re-creation of history, what it means to fashion the past for the contemplation of the present” (3). Partant de ce constat, cette conférence s’attachera à explorer les différentes manières de re-présenter et de se re-mémorer les écrivains au sein de la fiction néo-victorienne.

Quels sont les auteurs que l’on se remémore ? Pour quelles raisons ? De qui et de quoi se souvient-on ? Qu’a-t-on omis et/ou modifié à leur sujet ? L’intérêt porte-t-il sur la carrière de l’auteur et/ou sur sa vie privée ? Comment ces auteurs deviennent-ils des êtres de papier ? Telles sont certaines des questions auxquelles nous tenterons de répondre en gardant en mémoire le phénomène de « re-vision » (Rich) qui sous-tend l’agenda politique qui anime souvent le projet néo-nictorien.

Les années 1990 furent marquées par l’essor des récits historiques (en particulier, des biographies), essor qui semble avoir profité au genre néo-nictorien, en particulier en ce qui concerne le sous-genre de la biofiction (Steveker 68). Marie-Luise Kohlke résume ainsi l’attrait pour ce qu’elle appelle les « celebrity biofictions »: “revelations of the salacious and traumatic aspects of the lives of participants in the long nineteenth century” (Kohlke 4). On voit bien ici que c’est la notion de canonicité qui est remise en question, favorisant des récits iconoclastes. Ainsi, de célèbres auteurs Victoriens tels Charles Dickens ou encore Lord Tennyson firent l’objet de moqueries lorsqu’ils furent représentés en tant que personnages dans les récits néo-Victoriens (Gutleben). Cependant, des fictions plus récentes mettant en scène des auteurs peuvent être comprises comme un “fresh commitment to what we might call the reality of history” (Boxall 41).

La reprise de la figure de l’écrivain au sein de la fiction peut être perçue comme un acte d’appropriation, mais c’est aussi une forme de refus ou rejet de clôture. Comme le dit Georges Letissier des personnages transfictionnels : “the neo-Victorian character denies the death verdict of the closed book, or any compulsory order of textual residence, through a process of migration that is an extension of fictitious life.” (Letissier n.p.). Dans ce processus de migration et d’expansion, la fiction néo-victorienne fait revenir les auteurs du passé sur différents modes, soit alignant la figure de l’auteur et son œuvre (on pense ici à Tobias Oates dans Jack Maggs (1997)) en contradiction avec le fameux essai de Barthes, « La mort de l’auteur », ou réduisant la séparation, déjà mince, entre biographie et fiction (Peter Ackroyd, The Last Testament of Oscar Wilde (1983)), ou encore, en mettant en scène la rencontre avec l’auteur du passé (Kathleen A. Flynn, The Jane Austen Project (2017)).

La fiction néo-victorienne se définit par sa méta-réflexion et son auto-réflexivité (Heilman et Llewelyn 4), d’où l’intérêt de se pencher sur la représentation de l’acte d’écriture, qu’il s’agisse de la représentation des auteurs Victoriens ou de la mise en scène des auteurs néo-victoriens eux-mêmes initiée par John Fowles dans The French Lieutenant’s Woman (1969).  Pourront également être prises en compte les personnages d’auteurs tels Lamotte et Ash dans Possession, ou encore Sugar dans The Crimson Petal and the White. 

 

A Single Drop of Ink for a Mirror: A Symposium on Nineteenth-Century Literature and the Visual Arts, hosted by Princeton University on October 4-5, 2019.

The conference will afford an opportunity for scholars in different fields to come together to address new directions in interdisciplinary studies of literature and the visual arts. The conference is open to the public and will center around the papers and presentations of twenty-one principal interlocutors. Our list of speakers includes scholars at various stages of their careers, from leaders in the field to advanced graduate students. The conference will also be accompanied by a small exhibition at the Princeton Art Museum, curated by Rosalind Parry and Ariel Kline. Caroline Arscott, of the Courtauld Institute of Art (London), will deliver the keynote address, and senior scholars Tim Barringer, Ruth Yeazell, Elizabeth Helsinger, Kate Flint, Rachel Teukolsky, Joseph Viscomi, and David Pike will also present.  Papers topics include: the Idyllic School, African exploration and missionary literature, the reception of Vermeer in England, slum imaginaries, Ruskin, John Everett Millais’s portraits of fathers, Blake, and the Pre-Raphaelites.

 For more information, please visit princetonartlit2019.princeton.edu


The Victorians Institute will hold its 2019 conference on

TRANSATLANTIC CONNECTIONS:
AFRICA, THE CARIBBEAN, THE AMERICAS, & VICTORIAN STUDIES

on October 31 – November 2, 2019 in Charleston, SC. The conference site affords an opportunity to think about transatlantic connections in the 19th century when Charleston was a prominent intersection on a web that connected Britain, Africa, the Caribbean, and the Americas.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search