CFP Colloque SFEVE 2023

DATE LIMITE DE SOUMISSION REPOUSSÉE AU 15 SEPTEMBRE

Appel à communications:

Hitting the Road ! Expériences et Récits de voyageurs à l’époque victorienne et édouardienne

Université de Tours, France (2-3 février 2023)

Dans son dernier ouvrage, Prendre la route. Une philosophie de la conduite (2021), Matthew Crawford fait le constat  que « l’histoire technologique, économique et sociale de l’automobile débouche aujourd’hui sur une disjonction de plus en plus grande entre l’être humain et ses prothèses mécaniques » ; d’après lui, les technologies modernes réduisent la latitude de l’individu à prendre des décisions réfléchies et à accomplir certaines actions que l’on effectue au cours d’un déplacement, d’une mobilité, alors même qu’elles seraient enrichissantes. Ce rapport ambivalent de l’être humain au véhicule qui lui permet à la fois de s’affranchir des distances tout en le privant d’une partie de son expérience sensible n’est ni nouveau, ni propre à notre siècle et se retrouve à chaque période où l’accélération technologique génère de nouvelles expériences de voyages.

En Grande-Bretagne, le XIXe siècle est ainsi une période très marquée par la conscience accrue des possibilités offertes par la liberté de circuler et de se déplacer. Une pluralité de facteurs encourage au départ et favorise la réalisation de voyages : la hausse du niveau de vie, les nouveaux usages du temps libre, le développement des échanges et des communications, et une meilleure diffusion de l’information. Les Britanniques prennent conscience de l’existence d’un espace encore largement méconnu et inexploré, recelant de nombreuses ressources, que ce soit à l’échelle de leur région, de leur pays, du monde, ce qui les incite à se déplacer, à voyager et à découvrir d’autres lieux et d’autres cultures. A l’instar de la Reine Victoria, qui, attirée par les paysages et la culture des Hautes Terres décrits par Walter Scott, se rend pour la première fois en Ecosse en 1842 puis multiplie les séjours à l’étranger, nombre d’auteurs s’empressent de relater leurs explorations du continent européen mais aussi de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Inde, l’Asie, l’Antarctique. Parmi ces « écrivains voyageurs », certains sont connus (Dickens, Robert Scott, Albert Smith), d’autres méritent de l’être.

Ainsi, pour le prochain colloque annuel de la Société Française d’Etudes Victoriennes et Edouardiennes (SFEVE) qui se tiendra à l’Université de Tours les 2 et 3 février 2023, nous proposons d’explorer les multiples facettes de l’expérience du voyage à travers les récits autobiographiques des voyageurs britanniques ayant parcouru le monde tout au long du dix-neuvième siècle.

Afin de réfléchir à cette question du récit de voyage, les propositions de communications, tout en tenant compte des dernières études consacrées aux écritures du voyage, s’appuieront exclusivement sur des biographies, des récits et des productions de voyageurs célèbres ou moins connus aujourd’hui (explorateurs, scientifiques, missionnaires, marchands, diplomates, ingénieurs, écrivains, artistes, philanthropes…) permettront d’analyser les expériences individuelles du voyage.  Les communications proposées pourront s’articuler autour des trois axes suivants :

*Les nouvelles définitions du voyage à l’époque victorienne et édouardienne : la notion de voyage étant intimement liée à la vie de chaque individu et sa perception du monde qui l’entoure, il y a alors plusieurs formes de voyage. Il convient alors de rechercher les caractéristiques essentielles du voyage, vécu ou imaginé, propres à notre période. Ainsi, s’agissant des destinations et lieux de voyage : comment le voyage fut-il suscité ? comment et pourquoi un endroit devint-il une destination de voyage ?

*L’expérience du voyage et son influence sur la création littéraire, artistique et scientifique : Quelle peut être la puissance du voyage sur l’individu ? Comment l’évaluer en analysant ses différentes représentations littéraires, linguistiques et artistiques, Quelles en sont les influences psychiques, culturelles, sociales, politiques, scientifiques et identitaires ? 

Ainsi, comme le suggère Matthew Crawford, l’écriture du voyage dépendrait aussi de la manière de voyager, en choisissant, ou pas, de recourir à la machine. Il faudra aussi s’interroger sur la perception qu’a le voyageur des rapports et des tensions entre sa propre identité et une identité collective, à l’échelle locale et nationale, et également avec la culture du lieu visité. 

*La place et le rôle du voyage dans l’histoire sociale victorienne et édouardienne : dans quelle mesure les écrits et documents de la période étudiée montrent-ils que le voyage devint une possibilité et même une réalité pour beaucoup de Britanniques à cette période ? 

Comment le voyage fut-il matériellement réalisé ? Quelles furent les nouvelles pratiques et formes de sociabilité liées à l’espace partagé en voyage ? Comment le voyage aida-t-il à forger les identités nationales au XIXe siècle, par l’expérience de plus en plus aisée du déplacement dans un espace local, régional, national et mondial ?

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (format 20 minutes de présentation), rédigées en anglais ou en français (entre 300 et 500 mots) accompagnées d’une courte notice biographique, sont à adresser à l’organisateur du colloque : tri.tran@univ-tours.fr

La date limite de soumission est le 15 septembre 2022 et la confirmation de participation sera envoyée avant la fin du mois de septembre.

Toutes les informations portant sur le colloque seront à retrouver sur le site de la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE) et sur la plateforme « sciencesconf.org ».

* Comité d’organisation :

Tri Tran, ICD (EA 6297), Université de Tours

avec le secrétariat du laboratoire ICD (Mmes Dias et Cochet-Peymirat)

* Comité scientifique :

Philippe Chassaigne (PR Bordeaux-Montaigne), Neil Davie (PR Lyon II), Laurence Roussillon-Constanty (PR Pau), Fabienne Moine (PR UPEC), Christine Reynier (PR Montpellier III), Nathalie Vanfasse (PR Aix-Marseille Université), Tri Tran (MCF HDR Tours), Adrian Wisnicki (Associate PR, Lincoln, Nebraska).

* Conférenciers invités :

Robert Douglas-Fairhurst  (PR, Oxford, Royaume-Uni)
Marjory Harper (PR, Aberdeen, Royaume-Uni)
Adrian Wisnicki (Associate PR, Lincoln, Nebraska, Etats-Unis)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.