La Société

Membres du Bureau :

– Présidente : Sara Thornton (Université Paris Diderot)

– Vice-présidente ‘Histoire des idées, civilisation, image’ : Laurence Roussillon-Constanty (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

– Vice-présidente ‘Littérature et cultural studies’ : Fabienne Moine (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

– Trésorier : Jean-Charles Perquin (Université Lyon 2 Lumière)

– Secrétaire : Hubert Malfray (Université Paris-Sorbonne)

CVE :

-Directrice de la revue : Christie Reynier (Université Paul Valéry Montpellier)

– Rédacteur en chef : Luc Bouvard (Université Paul Valéry Montpellier)

– Responsable des comptes-rendus d’ouvrages : Aude Haffen (Université Paul Valéry Montpellier)

Webmasters :

– Marie Terrier (Université Paris 3)

– Julie Gay (Université Bordeaux Montaigne)


Compte rendu des dernières assemblées générales

Septembre 2016


NAISSANCE DE LA S.F.E.V.E. (Sylvère Monod, Montpellier, Février 1996)

Une société dont on célèbre en 1996 le vingtième anniversaire doit bien être née en 1976. Essayons de faire revivre les circonstances de sa création. Sans remonter au Déluge, on observe que nos sociétés savantes semblent subir un mouvement pendulaire entre la tendance au généralisme et la spécialisation accentuée. En 1950 était fondée l’International Association of University Professors of English (IALJPE) réservée aux seuls titulaires de chaires. En 1960, c’est la SAES qui voyait le jour, influencée par l’équipe rédactionnelle de la revue Etudes Anglaises, et rassemblant toutes les catégories d’universitaires anglicistes, mais seulement en France. Au bout de quelques années, la SAES connut un phénomène d’essaimage partiel. L’appétit de recherche et de coordination grandissait ; aussi, sans pour autant déserter la société-mère ni renoncer aux rencontres annuelles des assemblées et des congrès (où notre ami Thackeray aurait vu l’image de l’Omnium Gatherum), beaucoup aspiraient à des retrouvailles complémentaires en groupes plus limités mais plus étroitement soudés par des intérêts communs. Les américanistes d’abord, puis les shakespeariens créèrent leurs propres instances. Quand vint le tour de la S.F.E.V.E., en 1976 donc, ses statuts furent presque calqués sur ceux de la société shakespearienne. Après nous, une bonne dizaine de sociétés de spécialistes sont nées. D’où les perplexités de beaucoup d’entre nous pendant le premier week-end d’octobre chaque année – on court d’une réunion à  l’autre – elles se chevauchent – on ne sait où donner de la tête. En sens inverse, l’ESSE, créée il y a quelques années, assure le renouveau du généralisme et constitue un énorme rassemblement.

L’impulsion première qui aboutit à  l’éclosion de la SFEVE est venue de Montpellier. Un centre de recherches dans les domaines victorien et édouardien y existait déjà  : il comptait plusieurs excellents spécialistes et publiait des Cahiers vite appréciés de tous. Bien entendu, d’autres universités, comme celle de Lille, de Lyon, de Caen, et plusieurs des parisiennes, faisaient aussi une place importante aux  » victouardiennes « , comme se plaisent à les nommer certains d’entre nous , économes de leur salive.

Des conversations préliminaires ont promptement défini les objectifs qui devaient s’inscrire dans les statuts : établir des contacts, des collaborations, des rencontres périodiques entre chercheurs intéressés par la même époque, les mêmes auteurs, les mêmes aspects de l’histoire et de la civilisation. Mettre en commun des réflexions, des pistes d’investigation, des projets ; se trouver mutuellement stimulés par ces échanges, aboutir à des publications et à des formes de recherche collective, si étrangères qu’elles semblent être aux habitudes, voire au tempérament, des universitaires français.

Une association soumise aux dispositions de la fameuse  » Loi de 1901  » doit faire l’objet d’une déclaration dans une préfecture et d’une publication au Journal Officiel. Ce fut, bien entendu, le cas de la SFEVE. Les démarches nécessaires furent accomplies et aboutirent à la concrétisation légale de ce qui avait été d’abord un élan d’idéalisme et d’amitié.

Toutes les idées sur lesquelles reposait l’entreprise m’étaient familières. Je ne les ai pas lancées, mais je les ai soutenues avec enthousiasme ; je n’ai pas fait de difficulté pour accepter de devenir le premier président de la SFEVE, puisque notre aîné Raymond Las Vergnas ne voulait pas jouer de rôle plus actif que celui de Président d’Honneur. J’ai conservé un exemplaire des statuts qui porte la signature autographe de tous les membres du premier bureau , après les présidents venaient trois vice-présidents : Jean-Claude Amalric, Pierre Coustillas et Paul Veyriras, tous trois grands serviteurs et animateurs de la SFEVE jusqu’à  ce jour. Les deux derniers noms se lisent avec plus de tristesse : le secrétaire général était Jean-Pierre Vernier, qui est mort dans la force de l’âge en janvier 1982 pendant un brillant colloque de la SFEVE et après avoir assisté à sa première journée ; quant à  François Lombard, notre premier trésorier, qui allait bientôt fonder avec quelques amis la société conradienne française, il s’est trouvé éloigné par la maladie de l’enseignement et de la recherche.

Il ne m’appartient pas de retracer les étapes suivantes, et moins encore d’énumérer les amis qui ont tour à tour travaillé au bureau de la SFEVE et présidé à ses destinées. Il faut simplement dire que notre société semble avoir largement atteint ses objectifs. On évoque presque avec attendrissement les premiers colloques parisiens, modestes et discrets. La comparaison avec le lustre des rencontres plus récentes montre le chemin parcouru. Notre Tour de France, on le notera au passage, ressemble à celui des cyclistes en cela qu’il passe par la Belgique. On notera aussi que l’aide généreuse du British Council, accordée dès le début, ne s’est jamais démentie. Aujourd’hui, la SFEVE n’est pas seulement encore bien vivante après deux décennies d’existence et de travaux : elle est de plus en plus vigoureuse et entreprenante. Les études « victouardiennes » françaises ont par elle affirmé leur sérieux et occupent une place reconnue dans la cohorte internationale. Je le dis avec joie et non sans une sorte de modeste fierté, puisque j’ai joué un rôle au point de départ et que je suis resté dans l’ensemble fidèle à la SFEVE, assidu à ses colloques, attaché à  son idéal.

Quant au petit problème de notre dénomination, il est sans gravité réelle. Beaucoup d’entre nous parlent de la sfève , mais quelques-uns, du côté de Caen par exemple, préfèrent dire la sfeuveu. Au moment où¹ nous célébrons nos vingt ans par un dîner placé à  quelques jours de la Fête des Rois, c’est sûrement une « sfève » que nous devrions placer dans notre gâteau d’anniversaire. Nous avons d’ailleurs eu l’heureuse idée, en toute indépendance vis-à-vis de la correction politique, de couronner démocratiquement, non pas un roi mais une reine, ou du moins la première présidente de notre histoire.

Note de la Rédaction : La SFEVE a vu le jour au congrès de la SAES à Rouen en mai 1976 : ses statuts ont été votés et son bureau provisoire confirmé à la réunion SAES d’octobre 1976. Les statuts ont été enregistrés à la Préfecture de Police le II janvier 1977 et son premier bulletin est paru en avril 1977.

___________________________________________________________

LA RECHERCHE ET LE DEVELOPPEMENT DE LA SFEVE (Jean-Marie Baïssus, Montpellier, Février 1996)

Le nom même de la Société Française d’Etudes Victoriennes et Edouardiennes indique le problème qui s’est posé aux fondateurs de cette société scientifique. Il s’agissait de permettre à tous les chercheurs qui étudiaient la période de trouver un lieu de rencontre et d’échange ainsi qu’un organe de publication. L’organe de publication fut Les Cahiers Victoriens et Edouardiens et la collection des numéros parus définit fort bien les limites chronologiques de la période étudiée et l’approche générale. Il était exclu de se limiter à la littérature et il s’avéra rapidement, au moment où la civilisation commençait à se doter d’un statut académique autonome, que la mort de Victoria ne pouvait servir de repère dans l’évolution culturelle de la Grande-Bretagne. Trop d’auteurs et de mouvements d’idées, de création artistique, ignoraient le changement de siècle arithmétique. La Première Guerre mondiale était un jalon commode, mais l’arrivée de George V fut considérée comme le seuil du XXe siècle. Certes, les centres d’intérêt des personnes, à une époque où le nombre de chercheurs concernés était très réduit, ont joué un rôle dans ces considérations. Si le premier numéro était consacré à Dickens au moment où Sylvère Monod assurait la Présidence, nul n’y verra une coïncidence fortuite !

C’est ainsi que les personnes purent se regrouper et, de colloques en ateliers au sein des congrès de la SAES, un tissu de relations qui est devenu un réseau de recherche s’est constitué. En dehors de Paris, trois centres émergeaient : Lille, Lyon, Montpellier. Il semble que la SFEVE a eu, dès le début une vocation provinciale, ce qui signifie vraiment nationale. Sans citer les noms, la génération des chercheurs qui atteignent, ou ont atteint, la retraite a su, en grande partie grâce à la SFEVE, promouvoir les études victoriennes en France.

De nombreux contacts ont été établis avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Les uns personnels, les autres institutionnels, à tel point que l’on pourrait aisément situer la contribution française dans les études sur Hardy, Dickens, Kipling et autres ou dans les récentes « cultural studies » sur la période. Il suffit d’étudier la liste des auteurs des articles publiés dans les Cahiers pour mesurer la part de l’apport international. Les conférenciers invités aux colloques ont fortement contribué avec le soutien du British Council, à tisser des liens avec la recherche essentiellement britannique. Des relations privilégiées existent avec le département d’études victoriennes de l’université de Leicester.

Un dernier facteur non négligeable qui favorise l’épanouissement des études victoriennes et édouardiennes se trouve dans la forme institutionnelle de la recherche. Les réseaux de relations personnelles dérivant de la constitution des jurys de soutenance de thèses, des directions de travaux de recherche ou des publications n’ont pu se développer que parce que un grand nombre de jeunes chercheurs ont choisi notre période.

Dans le nouveau système de carrière des enseignants chercheurs, la SFEVE se préoccupe de faciliter leur recherche et de faire connaître et reconnaître leurs travaux. A cet égard, les numéros spéciaux des Cahiers contenant les listes des thèses en cours donnent une preuve manifeste de cette préoccupation. La recherche n’est pas, dans nos disciplines, un concept déshumanisé, elle dépend de la qualité des relations humaines. C’est dans un climat de cordialité et d’enthousiasme exceptionnels que les études victoriennes et édouardiennes continuent à se développer. Il faut souhaiter que cette harmonie résiste à l’accroissement des nombres et à la diversification des centres d’intérêt, c’est là  un rôle fondamental que peut jouer la SFEVE.

___________________________________________________________

LA SFEVE AUJOURD’HUI ET DEMAIN (Marie-Claire HAMARD)

Chacun s’accorde à vanter le dynamisme de la SFEVE, qui compte aujourd’hui près de cent dix membres, lesquels peuvent communiquer entre eux grâce à notre annuaire qui donne adresse et spécialité de recherche de chacun. Nous espérons ainsi faciliter des relations intellectuelles fructueuses entre chercheurs chevronnés et jeunes chercheurs.

Notre société, en effet, accueille non seulement les membres de la SAES intéressés par les études victoriennes et édouardiennes, mais aussi les chercheurs isolés, professeurs du secondaire ou doctorants. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à participer à nos colloques et nous nous en réjouissons. Pour assurer la relève, la SFEVE a même institué des bourses pour récompenser les meilleurs mémoires de maîtrise ou de DEA, avec possibilité de publication de « bonnes feuilles ».

La SFEVE est désormais assez sûre d’elle-même pour s’engager dans des échanges suivis avec l’étranger ; la tenue des congrès ESSE permet des rencontres régulières qui devraient aboutir à la constitution d’un réseau européen, sinon de sociétés soeurs, du moins de correspondants, car il n’est pas de recherche purement « hexagonale ». Des projets, comme le projet Ruskin, montrent que la collaboration avec nos conférenciers invités est souhaitée par les deux parties. La SFEVE soutiendra également les colloques internationaux qui se tiendront en France sur des sujets  » victouardiens « , tel le colloque Dickens organisé cette année à Dijon et qui rassemble des spécialistes du monde entier. Car pourquoi s’arrêter à l’Europe ? L’Australie a une société victorienne très active avec laquelle nous aimerions avoir des contacts réguliers, comme avec certains centres victoriens d’Amérique du Nord, par exemple. Cela nous impose en contre partie d’améliorer l’accueil des spécialistes étrangers séjournant sur notre sol, tels les professeurs d’échange dans nos universités.

Vaste programme ? Bien sûr, mais pourquoi se rassembler si ce n’est pour faire ensemble ce que nous ne pourrions pas réaliser isolément ? Les retraités, qui sont nombreux à nous rester fidèles, peuvent nous apporter pour tous ces projets une aide déterminante.

La SFEVE voit grand parce que ses membres sont enthousiastes et que les appels de son bureau ne sont jamais faits en vain. il faut donc envisager son avenir avec confiance.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *